Ca se ressent comment, un hiver au lac ?

C'est un sentiment de  liberté extrême . C'est la joie, le lâcher-prise. Plus rien n'existe. Il n'y que la sensation du ...


C'est un sentiment de liberté extrême. C'est la joie, le lâcher-prise. Plus rien n'existe.
Il n'y que la sensation du vent glacial sur votre peau, le murmure de vos pas
dans la neige, la chaleur émanent de votre corps.
La vie en vous, la vie autour de vous.

La vie, vous êtes en vie.





Cela faisait trop longtemps que je n'étais pas revenue au lac.
C'était comme un appel mystique, une force qui me surpassait. Je devais y retourner.
Alors, quand l'occasion s'est présentée, j'ai sauté dans le premier bus qui m'y emmènerait.

Comme la première fois.
Avec la même excitation de petite fille, celle qui me faisait dévorer le paysage urbain à travers la vitre jusqu'à l’écœurement.
Oui, comme une fillette qui se gave de son dessert préféré jusqu'à s'en rendre malade.




Plus je m'en approchais, plus je m'impatientais.
Le ciel était clair ce jour-là, la lumière sublime, les couleurs incroyables. Je le savais déjà, avant même d'y être.

Je la voyais au travers des immeubles, cette étincelle de vie qui m'appelait.
Alors j'ai répondu à son appel.



Malgré les moins dix degrés.
Malgré le vent glacial me faisant perdre la sensation de mes doigts sur le déclencheur.
Malgré la brûlure du tissu glacé sur mes cuisses en mouvement.
Malgré tout cela, j'étais heureuse, comme trois mois plus tôt.




Le sentiment de liberté était revenu.
La puissance de la nature m'envahissait de nouveau.






A une exception près : cette fois, j'étais seule, vraiment seule.
Je n'avais croisé personne dans le bus, ni au lac.
Mes amis, à qui j'avais proposé de se joindre à moi, avaient décliné l'offre, un à un.




Je marchais seule.




Mais je m'en moquais, je n'y pensais plus.
Je pensais seulement à tout ce qu'ils rataient, ceux qui n'avaient pas voulu venir.
Et à la chance que j'avais d'être là, moi. 




Présente à ce moment précis.




Plus tard, les étudiants avec qui je passerais la soirée
m'annonceraient, extrêmement heureux,
eux aussi, qu'ils étaient allés au lac.
A quelle heure ?
La même que la mienne.
Exactement au même moment, au même endroit.




Pourtant, nous nous sommes loupés.
Comme si le destin avait voulu que je me retrouve seule fasse à toute cette beauté,
pour que je comprenne de nouveau que ma force, c'est en moi que je dois la puiser.
Même seule, je peux être bien, en paix avec moi-même.









Ce jour-là au lac, une épaisse couche de glace me soutenait tandis qu'un manteau de neige étouffait mes pas.
Certains skiaient, d'autres faisaient du patin-à-glace, d'autres encore du char-à-voile.
Quelques uns étaient là en famille ou entre amis, la plupart étaient seuls.
Mais tous, j'en suis persuadée, étaient heureux.

Heureux d'être présents,
présents à ce moment précis,
à cet endroit particulier.

Vous n'avez pas besoin de vous comparez aux autres pour être heureux,
tant que vous êtes où vous voulez, au moment où vous le voulez.
C'est tout ce qui compte, vous.





~ ~ ~ 
Un autre coucher de soleil à couper le souffle vous y attend !

You Might Also Like

2 réactions

  1. C'est magnifique.... Je l'ai lu comme un conte, c'est joliment écrit, et tes photos sont fabuleuses !!! Cette lumière est vluffante, je ressentais le silence, le bruit de tes pas, le craquèlement de la glace... Il y a des moments de bonheur complet qu'il faut savoir saisir, celui-là devait être tout simplement magique !!! Si je comprends bien, tu as vécu en Pologne ? Quelle chance !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce commentaire, j'en suis très touchée.
      Oui, ce moment était vraiment magique. C'est en redécouvrant mes photos que je m'en rends compte et je me dis "Wow j'ai vécu l'un de mes plus grands rêves : vivre dans un pays où la ville se revêt d'un épais manteau de neige au creux de l'hiver." C'est ma saison préférée, et ces paysages me rendent extrêmement nostalgique... Mais il m'en reste tellement à découvrir, ton blog et tes projets me le prouvent ! ;) J'ai vraiment hâte que tu ailles en Russie, ce pays me fait totalement rêver.

      Oui, j'ai vécu dix mois à Lublin, en Pologne, pour un échange Erasmus. Et je confirme, je suis ultra chanceuse ! C'était un autre de mes plus grands rêves, partir en Erasmus, et pouvoir réaliser ces deux rêves en une seule année... Wouah. J'ai été gâtée.

      Encore merci pour ton passage et tes commentaires, ils me font chaud au coeur et me remotivent tellement.
      A bientôt j'espère, bisous.

      Supprimer

Merci de votre visite ✵

Julie La Blogtrotteuse©. Fourni par Blogger.