Un week-end au Paradis : la randonnée où j'ai cru mourir (1/2)

Lors de notre week-end évasion , nous avons consacré une journée à la randonnée. Nous avons choisi de réaliser l'ascension du Grand Tail...

Lors de notre week-end évasion, nous avons consacré une journée à la randonnée. Nous avons choisi de réaliser l'ascension du Grand Taillefer, premier sommet de la chaîne de Belledonne, visible depuis Grenoble. Cette ascension fut difficile, mais notre douleur fut largement récompensée par la vue à la clef...



Bienvenue au Grand Taillefer !



Présentation de la randonnée

Beaucoup de boucles vous mèneront au Grand Taillefer, et c'est là la première difficulté :  l'interrogation récurrente "Sommes-nous sur le bon sentier ?".
La deuxième difficulté : l'absence de sentier clairement défini sur de nombreux passages
La troisième : des pentes très raides et des chemins difficilement praticables
La quatrième : le vertige


Quelque soit l'itinéraire que vous choisirez, vous serez confronté à chacune de ces difficultés. Nous avons choisi de suivre celui proposé sur Visorando.






Notre randonnée en photos

     L'ascension : longue, douloureuse... mais tellement belle !


On commence par un sentier qui serpente dans les sous-bois ; l'ascension est raide et peu agréable à cause de la quantité d'insectes nous tournant autour. Mais, petit à petit, la vue se dégage...



























Après s'être assurés qu'on était sur le bon chemin, on poursuit sur ce sentier à ciel ouvert. 



































On marche au milieu de chemins d'eau, mini-cascades et lacs créés par la fonte des neiges. Au bout d'un moment, on débouche même sur une plaque de neige... Alors, comme des enfants, on se lance dans une bataille de boules de neige... La canicule nous paraît à des années lumières !















On se fixe comme objectif d'atteindre la croix avant de faire la pause déjeuner. On pense que cette croix représente à peu près la moitié de la randonnée... On comprendra petit à petit que nous nous sommes trompés. Mais, avant, on gravit cette crête rocheuse abrupte. C'est le vrai début des difficultés...



En route, je m'arrête pour prendre des photos : le paysage magnifique me donne des excuses pour faire des pauses régulières.






  
A la fin, Adrien me propose ses mains pour m'aider à me hisser jusqu'au sommet... J'accepte volontiers ; les derniers mètres sont pénibles.

Et puis on arrive, enfin, à la Croix du Sergent Pinelli (2616m).
On s'assoit à l'abri du vent le temps de manger : après l'effort, le réconfort !


Du haut de cette crête, on a une vue vertigineuse sur toute la région...
Grenoble, au loin, dans sa cuvette de roche. Et les montagnes, à perte de vue ; tous les autres sommets, dont le Grand Taillefer, notre objectif.

Comme une apparition
Ce vieil homme est apparu de nulle part, il montait sans sentier et presque sans peine. C'était édifiant, face à notre difficulté.



Je rêve d'une sieste au soleil, bercée par la brise... Mais il faut se remettre en route, si l'on veut finir cette randonnée avant la tombée de la nuit.
Visorando indique qu'il faut continuer sur la crête. Mon vertige ne me le permet pas. La crête ne mesure pas plus de deux mètres de large ; deux mètres impraticables, faits de roches saillantes. De chaque côté, le précipice. Je panique et demande à Adrien de descendre un peu. On continue quelques mètres plus bas : la roche à notre gauche, le vide à notre droite.

Une fois ce passage difficile derrière nous, je me retourne... Dépasser ses peurs et sa fatigue, ça vaut le coup, tout de même !




Et puis, d'un coup, le décor change totalement... Comme si l'on venait d'atterrir sur Mars.






Et au milieu de toute cette roche, on ne sait comment, des fleurs parviennent à pousser, rajoutant de la magie à ce lieu enchanté.

















Après avoir jeté un dernier regard à ce sommet, on descend...



...puis on remonte vers le suivant !




N'ayant pas l'équipement pour, on contourne la neige... Jusqu'au moment où nous n'avons plus le choix.
Alors, après avoir marché sur Mars, nous faisons nos premiers pas sur Pluton !




Au milieu de la neige, je fais une pause instable pour photographier ce que nous supposons être le Petit Taillefer. Nous n'y monterons pas, car nous avons décidé de sauver notre énergie en vue de la dernière montée qui nous attend, et qui sera tout aussi rude qu'elle le parait : l'ascension finale vers le Grand Taillefer. Cette ascension se fait par un sentier serpentant au milieu du pierrier, très raide et glissant. Il se dessine clairement sur la photo précédente.



Ainsi donc, nous étions aux pieds de l'ascension finale, celle qui nous mènerait au septième ciel : au plaisir de l'accomplissement, au plaisir de la vue amplement méritée. C'est qu'elle valait le coup, cette vue infinie sur les montagnes de l'Isère. Et ce sentiment de fierté, une fois arrivés au sommet du monde - ou presque...



Ne manquez pas la suite ! (Bientôt en ligne)

You Might Also Like

2 réactions

  1. Jolie balade ....
    Se fait aussi en VTT
    https://vimeo.com/78409691

    Merci pour ton passage sur ma galerie flicKR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      J'ai regardé votre vidéo, vous avez de supers images aussi ! Et... vous êtes de vrais fous ;) Je suis admirative !

      Supprimer

Merci de votre visite ✵

Julie La Blogtrotteuse©. Fourni par Blogger.