Carnet d'Inde #1 - Le Kerala

Je ferme les yeux et j’y suis de nouveau. Le vent dans mes cheveux, le soleil sur ma peau, le clapotis de l’eau contre la barque. J'in...

Je ferme les yeux et j’y suis de nouveau. Le vent dans mes cheveux, le soleil sur ma peau, le clapotis de l’eau contre la barque. J'inspire profondément et prolonge ce moment pour l'éternité, gravé dans ma mémoire.







 Les Backwaters 

On était parties tôt le samedi matin, Laura et moi. Notre bus avait été annulé alors ça avait été un peu plus difficile de rejoindre Alleppey, mais notre pirogue nous attendait. On avait passé la journée au fil de l’eau, si proche qu'on aurait pu y tomber à chaque mouvement trop brusque. Mais ce ralentissement de notre quotidien nous avait fait le plus grand bien. On avait observé et on s'était imprégnées, de ces sons, odeurs, visions, de cette beauté des petites choses simples comme des panoramas à couper le souffle.




















Les Backwaters d’Allepey, c’est un monde à part, une bulle de sérénité au sein de la tourbillonnante Inde du sud. Pour une première escapade, c'était réussi. C'était au dessus même de nos espérances, je crois. Au dessus de ce que l’on pouvait ou osait imaginer. Et c’est maintenant gravé dans nos mémoires et nos cœurs. Le vent dans mes cheveux, le soleil sur ma peau, la clapotis de l’eau contre la barque.












 Les cascades 

Le weekend suivant, on avait troqué l'idée de repos à Cochin contre celle d’une nouvelle escapade. Direction le Nord du Kerala, encore bien au Sud de l’Inde ; cap sur Thrissur et son église supposée être la plus haute d’Asie. Son blanc immaculé, sa majestuosité et sa sérénité m’ont subjuguée. Je me souviens encore mes yeux pétillants qui s’ouvraient grands, je me souviens mon sourire et mon envie de tout capturer sans savoir m’y prendre malgré le grand angle vissé à mes mains. Je me souviens aussi, de là-haut, la vie qui revêtait soudainement une toute autre forme. Au milieu d’un champs de cocotiers uniforme s'érigeaient ici ou là d’éparses constructions hétérogènes, témoins d’une civilisation un peu débordée par sa croissance anarchique. Je me souviens du vent dans mes cheveux, là-haut aussi.











Et puis on avait finalement quitté le bruit assourdissant de la ville pour se réfugier, enfin, au creux de la nature. Un weekend de grève subite, plongeant le Kerala dans un état végétatif, nous avions avancé au ralenti vers les chutes du Niagara indiennes, lieu de tournage de nombreux films Bollywood : Athirappilly Waterfalls. On s’y était confrontées pour la première fois aux singes cheaper qui fouillaient chaque fois dans mon sac. On avait expérimenté, à maintes reprises, la gentillesse des Indiens qui couraient toujours à notre secours. Et le stop, on avait osé le stop, forcées par les circonstances mais finalement pas du tout apeurées.











 Les plages 

Pour notre troisième weekend, on avait opté pour la détente. On était parties le jeudi soir direction Trivandrum, son temple, en rénovation mais qui me subjuguait déjà par son imposante structure et le détail de sa façade, comme un avant-goût du Tamil Nadu ; ses tailleurs de bois ; et sa mosquée immaculée, adjacente à l'ancienne mosquée rose dont il ne reste presque rien.










Mais visiter une ville n'était cependant pas l'objet de ce weekend, nous voulions la plage, enfin ! Alors nous sommes descendues au sud, tout au sud, à la pointe de l'Inde, à Kovalam. Nous y avons trouvé la Côte d'Azur indienne, la promenade de briques rouges jouxtant la mer, accompagnée de boutiques. Nous avons passé une journée entière à les découvrir : la plage, les échoppes, les paysages, les artisanats, et les restaurants. Ce fut notre weekend culinaire et détente.











Et puis il a fallu bouger, encore, pour découvrir, toujours plus. On est remontées un peu plus au nord, à Varkala, avec sa falaise, sa végétation et ses petites boutiques, elle aussi. Et comme toujours, comme à chaque étape, on a rencontré des Indiens formidables. Ce samedi soir là, on a mangé en musique, on a dansé en sourires, puis on a fini la soirée à l'auberge de jeunesse qui n'était pas la nôtre, avec des jeux de société, des sourires et des rires encore.









 La montagne 

Et puis le dernier jour est arrivé. On a quitté Cochin, dit au revoir à notre maison du bonheur. On a eu du mal à trouver notre bus, comme d'habitude, mais on a fini par réussir, comme à chaque fois. Après 5h30 de route et d'impatience, le paysage qu'offrent les montagnes indiennes s'est enfin dévoilé devant nos yeux ébahis. C'était Munnar, c'était les plantations de thé à perte de vue, c'était l'air de la montagne, c'était le calme enfin. C'était tout ce que j'attendais, et c'était là, juste de l'autre côté de la vitre, à portée de main. On y a fait des randonnées, parfois un peu plus longues que prévue, parfois un peu plus difficiles que ce que l'on aurait pensé. On y a découvert, encore une fois, des paysages magnifiques et des gens formidables. On y a fait de l'équitation et de l'accrobranche, et du tourisme en taxi. Comme quoi tout arrive. C'était notre dernier week-end à deux et le début du voyage itinérant, marqué par l'arrivée de Victor, le copain de Laura. Juste le temps de prendre nos marques à trois et on est partis, direction le Tamil Nadu, l'autre côté du Sud de l'Inde.





















 En pratique 

Nous n’avons pas d'itinéraire à vous proposer, puisque que nous sommes toujours parties de Cochin, où nous habitions pour notre stage de médecine. Néanmoins, voici une carte pour situer tous ces endroits ravissants. Si vous avez des questions sur les trains (que je vous conseille vivement !) et bus, n'hésitez pas à laisser un commentaire ou m’envoyer un mail.





A bientôt !





You Might Also Like

4 réactions

  1. Superbe plongée dans la douceur. J'adore tes photos des backwaters, des cascades (superbe paysage!), de vous, heureuses, belles et détendues. Une évocation très douce d'une région de l'Inde bucolique, sans doute plus facile à apprivoiser que le fracas de New Delhi :) on a envie de t'y suivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce commentaire. Je suis contente parce qu'on a vraiment ressenti toutes les émotions que tu décris, c'est qu'elles transparaissent bien dans mes photos et récits. Ces escapades, c'était un peu nos bouffées d'air calme, pour nous permettre d'apprécier notre quotidien plus bruyant et tumultueux à Cochin. Heureusement que ce n'était pas à New Dehli d'ailleurs ! ;)

      Supprimer
  2. Bel article, belles photos, beaux souvenirs...
    Tout cela me parait déja bien loin,

    Merci de me faire revivre un peu tout ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohhh je n'avais pas vu ton commentaire. Merci ma Laura ♡ Ca me fait vraiment vraiment plaisir.

      Moi aussi, j'ai l'impression que c'était il y a tellement longtemps... Je suis déjà nostalgique de tous ces beaux endroits, ces belles rencontres et ces beaux moments passés ensemble.

      Supprimer

Merci de votre visite ✵

Julie La Blogtrotteuse©. Fourni par Blogger.